Version imprimableEnvoyer à un ami

Current Size: 100%

Parc naturel régional des Causses du Quercy

Lieux identitaires du Parc naturel régional des Causses du Quercy les sites de Saint-Cirq-Lapopie et du Pech-Merle se trouvent à la croisée des causses de Limogne, de Saint-Chels et de Gramat.

A pied ou à vélo partez à la découverte de ces vastes plateaux calcaires couverts de pelouses sèches ou de forêts de chênes. En bateau ou en canoë parcourez les vertes vallées du Lot et du Célé bordées par de surprenantes falaises aux pieds desquelles coulent paisiblement les eaux des rivières.

 

Au cœur du Lot, les Causses du Quercy regroupent des espaces naturels précieux, riches d’une faune et d’une flore diversifiées, reconnus par le label de Parc naturel régional ! Les Causses du Quercy comptent également plusieurs lieux culturels forts, tels Padirac, les grottes du Pech-Merle, les Phosphatières du Cloup d’Aural et les grands sites de Rocamadour et Saint-Cirq-Lapopie.

 

Sur les pas de l'homme

Falaises, grottes, corniches et surplombs, comme autant d'abris… Les Causses du Quercy comptent de nombreux sites qui attestent d'une installation très ancienne de l'homme : on trouve d'importants sites archéologiques et paléontologiques, avec de nombreuses grottes ornées, comme celle du Pech-Merle, qui est parmi les plus célèbres de France ; une main peinte en négatif sur les parois par les artistes préhistoriques a d'ailleurs été choisie comme logo du Parc.

On recense également de très nombreux dolmens, des tumulus, des oppida celtes, comme à Cras, quelques voies gallo-romaines, et même un aqueduc à Vers…

 

Les Phosphatières, laboratoire naturel de l’évolution

La lumière et l’aridité du causse contrastent délicieusement avec la pénombre et la fraîcheur des Phosphatières du Cloup d’Aural. Cette grotte à ciel ouvert emplie d’une végétation tropicale nous raconte la vie. Celle de nos ancêtres du temps où elles étaient des mines de phosphate exploité comme engrais au 19e siècle, celle des animaux extraordinaires du passé qui ont peuplé le Quercy, plus de 600 espèces aujourd’hui disparues, ou encore la fabuleuse odyssée de nos paysages et de nos climats de l’ère tertiaire. Elle nous raconte tant d’histoires…

 

Les Causses, réservoirs de biodiversité

Faucon pèlerin

Les Causses du Quercy abritent une véritable mosaïque de milieux naturels remarquables qui font l'objet d'une vigilance particulière : les pelouses sèches, entretenues par… les brebis, ou encore les "lacs" de Saint-Namphaise. Issues d’un déboisement ancien et lentement façonnées par le pâturage ovin, les landes et pelouses sèches calcaires constituent le milieu naturel emblématique des causses du Quercy.

D’une grande diversité floristique, on y trouve des orchidées ainsi que des espèces méditerranéennes, comme le Stipe penné ou la Sabline des chaumes. Ces milieux chauds sont aussi d’une grande richesse faunistique : le Lézard ocellé et l’Oedicnème criard (un oiseau aussi baptisé "le fantôme du causse") y côtoient la Fauvette orphée, ainsi que de nombreux insectes aux noms poétiques : Azuré du serpolet, Criquet bourdonneur…

Les falaises abritent des oiseaux spécifiques, comme le Faucon pèlerin, le Hibou grand-duc, l'Hirondelle des rochers… ainsi que plusieurs espèces de chauves-souris comme le Grand Rhinolophe.

Sur les causses, le Chêne pubescent et l’Erable de Montpellier forment des boisements aérés, propices au sylvo-pastoralisme. Les massifs boisés qui recouvrent les versants et les combes sont les lieux privilégiés de nidification du Circaète Jean-le-blanc, petit aigle mangeur de serpents et de lézards.

 

Un peu plus près des étoiles…

Le Parc naturel régional bénéficie d'un des ciels nocturnes les moins "pollués" de France par les lumières artificielles : au cœur du territoire, dans un triangle d'une trentaine de km², ce "ciel noir" s'avère une passerelle vers les étoiles…

 

Le triangle noir du Quercy est une zone épargnée par la pollution lumineuse des agglomérations et des voies de communication. Reconnue par le monde scientifique, cette particularité fait des Causses du Quercy un lieu privilégié pour l'observation astronomique, tant pour les « spécialistes » que pour les amateurs qui apprécieront ici la « pureté » du ciel.

 

Les Rendez-vous des "Causseries"

L’agenda des animations du Parc naturel régional des Causses du Quercy. Édité 3 fois par an, un petit guide en format poche recense l'ensemble des animations organisées par le Parc : veillées, balades buissonnières, représentations théâtrales, musiques, conférences, animations murets, sorties nature... autant de passionnantes "causseries" pour vivre à fond le Parc !

 

Le « petit peuple » des causses :

L’Homme :

Installé depuis des millénaires il a toujours façonné et fait corps avec la nature depuis les artistes ayant orné la préhistoire en Quercy jusqu’aux éleveurs, bâtisseurs, archéologues, safraniers, commerçants, trufficulteurs… d’aujourd’hui.

 

La brebis caussenarde du Lot :

Bien connue pour ses « lunettes noires » elle est emblématique des paysages du causse. Depuis des générations son élevage contribue à entretenir les pelouses sèches et les bois de chênes épars. Ses agneaux sont très appréciés pour leur viande et ils alimentent une part importante de la filière du label rouge « agneau fermier du Quercy ».

 

Le Circaète Jean-le-Blanc

Le Circaète Jean-Le-Blanc est un rapace diurne qui a besoin de vastes milieux ouverts afin de chasser des reptiles dont il se nourrit presque exclusivement. Son aire de nidification se trouve au sein de zones sauvages étendues et boisées peu fréquentées par l’homme car cette espèce est particulièrement sensible aux dérangements humains.

 

Papillon

L’Ascalaphe soufré

Appelé aussi « l’Ascalaphe libellule », cet insecte coloré est souvent apparenté, à tort, aux libellules ou aux papillons. L’Ascalaphe est en effet classé parmi les névroptères, et se nourrit de petits insectes comme les mouches. Cette espèce est commune sur les pelouses du Parc.

 

L’Ophrys bécasse

Les Ophrys (orchidées) ont développé une stratégie de reproduction particulière : les fleurs reproduisent la forme et l’odeur d’un insecte femelle. Les mâles courtisent ainsi la plante, pensant s’adresser à leurs belles, et repartent chargés de pollen qu’ils transportent vers une autre plante.

 

Le Genévrier commun (Juniperus communis)

Cet arbuste, très commun sur nos pelouses et landes sèches, possède des aiguilles persistantes. Les fruits du Genévrier ou « baies de Genièvre » sont utilisées comme condiments. Le bois très odorant est utilisé dans la fabrication d’objets et de meubles.

 

Contacts :

Parc naturel régional des Causses du Quercy
BP 10
46240 Labastide Murat
05 65 24 20 50
contact@parc-causses-du-quercy.org
www.parc-causses-du-quercy.org