Version imprimableEnvoyer à un ami

Current Size: 100%

La préhistoire en Quercy

La géologie des Phosphatières

Il y a 170 millions d’années (Ma), une mer tropicale semblable aux Bahamas actuels recouvre la région. Elle dépose de la boue carbonatée qui constituera en vieillissant la roche calcaire des Causses du Quercy, et aussi du phosphate provenant de la décomposition de matières organiques. Il y a 70 Ma, la mer se retire. Le Quercy est alors recouvert d’une forêt tropicale. L’eau de pluie s’infiltre et forme des grottes et des rivières souterraines à différentes profondeurs. Simultanément, une intense érosion s’opère en surface. Les carbonates sont dissous. Des argiles s’accumulent et concentrent le phosphate.  Entre -50 et -20 Ma, les cavités souterraines s’ouvrent et se transforment en pièges. L’eau y entraîne argiles et restes d’organismes vivants qui comblent ces gouffres. Le phosphate se dépose sous forme de concrétions (nodules, croûtes) et fossilise les restes organiques.

L’exploitation des Phosphatières

En 1865, Jean André Poumarède découvre des nodules de phosphorite à la surface d’un champ (où la végétation) qui pousse bien près de Caylus. Le phosphate est un engrais et la phosphorite est rare donc chère à l’époque. En 5 ans, plus de 300 gisements sont repérés par une « armée » de prospecteurs. L’exploitation industrielle démarre vers 1870. Elle produira plus de 300 000 tonnes de phosphate en une vingtaine d’années. Vers 1887, la concurrence de  nouveaux gisements découverts en Afrique du Nord et en Floride fait décliner cette florissante activité.

Les Fossiles des Phosphatières

Durant l’exploitation, de nombreux fossiles sont broyés pour donner de l’engrais. Quelques fossiles y échappent et vont alimenter les collections paléontologiques privées et les musées du monde entier. Des scientifiques mènent alors des  études descriptives très complètes mais n’arrivent pas vraiment à les dater. Il faut attendre les années 1960 pour voir les études scientifiques reprendre sur le terrain.  Plus de 600 espèces d’animaux ont été identifiés sur plus de 170 sites. Ils sont essentiellement reconnus par la forme de leurs dents. Leur comparaison avec les organismes actuels permet de mettre en évidence les liens de parenté entre espèces, les influences de l’évolution mais les milieux naturels de l’époque. Ils révèlent ainsi qu’entre -50 et -20 millions d’années se sont succédées sur le Quercy : une forêt tropicale, une savane puis une forêt subtropicale…

Le Cloup d’Aural : une phosphatière aménagée pour la visite

Laissées à l’abandon depuis un siècle et même parfois transformées en décharges d’ordures, les phosphatières menacent à la fin des années 1980 de sombrer dans l’oubli. Une association, « Les Phosphatières du Quercy » décide alors de les valoriser en aménageant  le Cloup d’Aural à Bach. Le site ouvre ses portes au début de l’été 2000 et reçoit plus de 2000 visiteurs. Une dizaine d’année plus tard, il reçoit plus de 10000 visiteurs par an de Pâques à Toussaint. Une visite guidée permet de découvrir l’exploitation, la formation, les fossiles et la flore des Phosphatières. Le parcours conduit le visiteur de la surface chaude et aride du Causse jusqu’au fond d’un gouffre exubérant de végétation et de fraîcheur. Un parcours d’interprétation complète la visite.

 

Consulter les tarifs et périodes d'ouverture des Phosphatières du Cloup d'Aural

 

)

Fatal error: Call to undefined function module_implements() in /var/www/prodlib/includes/bootstrap.inc on line 1310